Georges
MELIES

France

 

Contact
site du CIL
site Méliès

 

CARNETS DE VOYAGES
Exposition présentée par le Centre Image Lorraine, Nancy
20 tirages numériques 30X40 cm

 

 

 

Si Georges Méliès (1861-1938) est reconnu comme l’une des figures les plus étonnantes du cinéma, il n’en était cependant pas moins bon dessinateur.

Entre 1896 et 1912 il réalise 520 films dont il est le producteur, le distributeur et dans lesquels il joue. Premier à utiliser la caméra pour raconter une histoire avec mise en scène et décors qu’il peint et réalise lui même. II invente toutes sortes de trucages qui sont encore la base des effets spéciaux modernes. Cet artisan de génie est un homme-orchestre qui aborde tous les genres : actualités reconstituées, bandes publicitaires, féeries en couleurs, mélodrames, burlesque, science-fiction, etc. Son incroyable succès suscite les convoitises et il est pillé, surtout en Amérique où il était impossible de poursuivre les contrefacteurs. Afin d’enrayer ce phénomène, il confie, en 1914, à son frère Gaston, la Go Mélies Star Film Manufacturing à New York. Face aux rouleaux compresseurs industriels et financiers, il ne fait, hélas, pas le poids. Rockefeller soutient Edison et la banque Morgan épaule la Biograph, des accords, pour sa part, qu’il n’a jamais voulu passer. Peindre des décors, inventer des escamotages, faire disparaître un sarcophage ou faire danser un papillon lui apporte une joie intense, bien plus que les chiffres ou les tracasseries financières. La création est au centre de sa vie. Au même moment, sa femme meurt et il se retrouve à s’occuper seul de ses deux enfants : Georgette et André. La guerre éclate et entraîne la fermeture du Théâtre Robert Houdin. Qu’à cela ne tienne, il ouvre dans l’un de ses studios de Montreuil, une salle de théâtre où il monte avec toute sa famille des spectacles entre 1915 et 1923. Cette année là, c’est la mort dans l’âme qu’il doit revendre, poursuivi par des créanciers, l’ensemble de la propriété familiale. Tous ses films sont vendus à des forains ou détruits.

Quelques carnets de voyages en Bretagne de 1928 ce sont retrouvés par miracle épargnés et sont aujourd’hui préservés par le Centre Image Lorraine, qui offre au regard de son public quelques tirages issus de ces carnets

 
    [retour liste]