MNIHA

France

 

Contact
e-mail
site

 

BIOS
vidéo

 

 

 

Mniha se considère comme artiste polyvalente, entièrement autodidacte, elle propose au travers de ses créations de réelles remises en question sur le fonctionnement de l’individu et le monde qui l’entoure.

Dès l’enfance elle est créativement très active et multiplie ses champs d’action : peinture, bricolage, poterie, danse et photo. Enfant précoce, curieuse, elle est en recherche continuelle de réponses allant de son origine familiale à l’origine du monde. Mais son environnement ne lui offre que peu de réponses et c’est en elle-même qu’elle va puiser l’essence et se faire sa propre idée du monde qu’elle retranscrit en arts-plastiques.

Adolescente, on ne lui laisse plus la chance de s’exprimer ni oralement ni graphiquement, elle doit choisir une voie stable, trouver un métier qui lui permette un confort financier, elle s’engage alors sur des études mathématiques pour être enseignante. Mais à la faculté des Sciences, elle n’est plus elle-même ; l’Art lui manque, elle a un besoin irrémédiable de créer. Elle abandonne donc ses études, reprend la peinture puis quitte le sud pour faire de la photo à Paris.

En 2006, Mniha découvre le Light Painting en assistant un photographe parisien. À partir de là, elle enrichit cette technique qui la fait vivre intérieurement ; mais on l’incite encore à changer de voie. Après quelques expositions de peintures dans des bars, elle s’initie à la vidéo en 2009 et crée « Appareil Mémoriel » qui allie ses multiples talents. Son premier film sera projeté au « Café de Paris » lors d’un rassemblement de cinéastes puis dans divers Festivals de court-métrage. Fin 2010, elle crée « B I O S », film qui sera présenté en 2011 sur la télévision Belge. Avec la vidéo, Mniha trouve le moyen de concrétiser les états émotionnels, les questionnements intérieurs par lesquels beaucoup sont passés mais dont peu en parlent.

Après une période d’alternance entre création et petits boulots, c’est en 2012, après le décès de son grand-père, la seule personne son écoute toute sa vie, que Mniha décide de s’engager pleinement dans la voie artistique sans penser à demain, car demain est souvent trop tard. Depuis, installée dans l’Yonne, elle ne cesse de créer et propulser son art dans diverses expositions. En 2013, elle reprend la photo et va plus loin dans sa démarche en proposant des animations dans lesquelles le public participe en se faisant photographier sur le thème « Corps Déstructuré », un moyen de faire du montage photo-graphique sans avoir recours aux logiciels de retouche ; une performance dans l’Art actuel de la photographie.

    [retour liste]